Ce livre était un livre qui ne savait pas lire ! Une comédie...
español
русский
italiano
deutsch
français
english
中文
العربية
ελληνικά

« ....Ne t’inquiète pas », a dit le masque triste à l’autre.

« Ne t’inquiète pas, le temps va vite passer, tu verras... Les répétitions vont finir, la première aura lieu, l’œuvre s’oubliera, et ensuite ils nous laisseront tranquille de nouveau. »
« Tout finira un jour. Soit patient... »

« Je n’en peux plus » a tristement répondu le masque joyeux.
« Chaque jour les mêmes dialogues. A chaque répétition. A chaque représentation. Et c’est moi qui suis obligé de parler ! Je ne les supporte plus les dialogues joyeux.
Rien ne finira jamais... Comme rien n’a jamais fini toutes ces années. Et pourquoi la pièce suivante serait-elle différente ? N’y a-t-il pas un masque joyeux dans chaque œuvre ? Dans chaque œuvre.
Je n’en peux plus... »


« Courage », a dit le masque triste, « Je te comprends. »
« Tu crois que ça me plaît tout ce qu’ils m’ont fait dire aujourd’hui, une fois de plus ?
Des dialogues tristes et ennuyeux... Plus ou moins identiques dans toutes les œuvres que j’ai jouées jusqu’à présent...
Puisque tu le sais que j’aurais préféré qu’ils me fassent chanter et sourire. Je ne peux plus les supporter les dialogues mélancoliques. »

« Mais je n’imagine pas que ce cuir, mal- heureusement, va changer de forme » a-t-il ajouté en souriant derrière la triste fente à la place de la bouche.
« ...Ainsi il restera ; grincheux et empoussiéré pour toujours.
Propre seulement aux rôles larmoyants. »
« Horrible je te dis... »

« Horrible » a-t-il répété, et il a trouvé le courage de rire.
Ce n’était qu’un masque aux fentes tristes à la place de la bouche et des yeux. Un masque qui riait, à côté d’un masque au visage joyeux.


« Je me demande où tu trouves tant de bonne humeur ! » lui a dit le masque joyeux.


« 3-2-1, partez... »